La propulsion adéquate à chaque usage

 

 

Les moteurs diesel consomment peu de carburant et sont déjà performants à bas régime. C’est pourquoi le moteur diesel est adapté pour les charges lourdes et les conducteurs qui roulent beaucoup et en majorité sur de longues distances. Mais ces véhicules produisent des particules de suie et nettement plus d’oxydes d’azote que les moteurs à essence. Pour respecter les normes Euro 6, les transporteurs diesel sont équipés de technologies de réduction des émissions de gaz d’échappement comme les filtres à particules et les systèmes DeNOx. Le transporteur diesel en est plus cher et ses coûts d’entretien en sont augmentés. Il faut néanmoins s’attendre à ce qu’à l’instar des automobiles et des utilitaires, les limites de NOx en situation réelle dépassent largement les normes. Dès lors, des alternatives au véhicule diesel méritent d’être examinées. Toutefois, l’offre des véhicules pourvus d’un autre système de propulsion est réduite.

Les moteurs à essence n’atteignent pas le couple important du moteur diesel et nécessitent plus de carburant, ce qui augmente les émissions de CO2 et les frais d’exploitation. Mais les véhicules à essence sont moins coûteux à l’achat que les modèles équipés avec d’autres modes de propulsion. Pour les voitures de livraison, l’offre est néanmoins plus restreinte. La propulsion à essence est indiquée lorsque le véhicule doit parcourir de petites distances, transporter des charges légères et parcourir peu de kilomètres par année.

Les véhicules propulsés au gaz naturel n’émettent pas de particules fines et nettement moins d’oxydes d’azote que les véhicules diesel. Le gaz naturel est environ 30% moins cher que l’essence ou le diesel. En Suisse, le mélange proposé à la pompe est constitué de 80% de gaz naturel et 20% de biogaz. Comme ce dernier est produit à base de déchêts de biomasse, ce mélange constitue un carburant très écologique – les émissions de CO2 des véhicules à gaz sont 40% plus basses que celles des véhicules à essence. En revanche, la charge utile des premiers est moins importante que celle des seconds et celle des modèles diesel, à cause du poids des éléments techniques. En raison des coûts modérés du carburant, les véhicules à gaz sont particulièrement avantageux si l’on parcourt annuellement un grand nombre de kilomètres.

L’autonomie des véhicules de livraison électriques est encore relativement limitée. Elle est de 95 à 280 km. L’offre est actuellement faible. Grâce à la récupération de l’énergie de freinage, les modèles électriques conviennent parfaitement au trafic urbain. Ils n’émettent (localement) aucun polluant ni émissions de CO2. Les modèles alimentés par courant renouvelable ont un impact sur l’environnement moins important que lorsqu’ils sont alimentés par propulsion conventionnelle. Le prix d’achat d’un véhicule de livraison électrique est actuellement encore relativement élevé. En revanche, les frais d’exploitation sont très modérés. La propulsion électrique est indiquée lorsque le véhicule doit parcourir de petites distances en milieu urbain et de nombreux kilomètres par an. A noter qu’une flotte pourvue d’un véhicule électrique peut être intéressante en termes d’image.