Électromobilité : les fabricants de batteries doivent devenir plus transparents

Il sera pratiquement impossible de sortir des énergies fossiles et de mettre en place un système de transport plus respectueux du climat sans un formidable essor de la mobilité électrique. Mais la fabrication des batteries pour les véhicules électriques est très énergivore et cause toutes sortes de problèmes d’ordre écologique et social.

C’est pour évaluer les questions liées au respect de l’environnement et des droits humains dans ce secteur que l’ATE, Pain pour le prochain at Action de Carême ont passé au peigne fin la politique des plus importants fabricants de batteries pour véhicules.

Étendre le devoir de diligence

Les résultats montrent que les fabricants de piles n'exercent pas leur devoir de diligence tout au long de la chaîne d'approvisionnement et pas pour toutes les matières premières. Il est nécessaire d’assurer une plus grande transparence en ce qui concerne l'origine des matières premières, les conditions de travail dans les mines et les conséquences sociales et environnementales pour les communautés vivant aux abords des mines. Enfin, les entreprises doivent travailler avec les acteurs de la société civile pour trouver des solutions pour les dysfonctionnements dans les chaînes d'approvisionnement.

Promouvoir le recyclage

L’ATE, Pain pour le prochain et Action de Carême estiment également qu'il est possible d'améliorer et d’étendre le recyclage. Le recyclage doit également contribuer à réduire les émissions de CO2 provenant de la production de batteries. Jusqu'à présent, seules trois des entreprises analysées ont aligné leurs objectifs d'émissions sur les objectifs de l'Accord de Paris sur le climat.

Etude sur la production des batteries

Factsheet